Le CNP-EGAL, préoccupé par le recul de la présence des femmes à l’ARP

Face aux résultats préliminaires des élections législatives 2019, estimant que le taux de représentation des femmes au sein de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) se situera autour de 23%, le CNP-EGAL, Comité National pour la Promotion de l’Egalité entre les femmes et les hommes dans la Gestion des Affaires Locales, exprime sa profonde préoccupation.

En net recul depuis les élections de 2014, qui avaient enregistré  un  taux de présence des femmes à l’ARP de 36%, ce niveau de représentativité est en contradiction avec les articles 34 et 46 de la Constitution 2014, qui stipulaient notamment l’engagement  de  l’Etat pour garantir la parité entre les femmes et les  hommes.

Ce résultat marque également un net recul par rapport au taux de représentation des femmes dans les Conseils Municipaux (47%) émanant des élections municipales de mai 2018.

Outre le fait que ce résultat marque une régression en matière d’exercice par les femmes de leurs  droits politiques et d’égalité des chances dans la prise de décision, il pourrait être lourd de conséquences sur l’activité de l’ARP et la prise en compte des situations et intérêts spécifiques des femmes et des hommes dans la législation, notamment dans les textes régissant le  processus de décentralisation qui n’en est qu’à ses débuts.

Pour pallier dans l’avenir les dysfonctionnements qui pourraient résulter du déséquilibre dans la représentation femmes-hommes à l’ARP, le CNP-EGAL exhorte les député-e-s, à renforcer le statut des femmes députées élues et à leur garantir l’accès aux instances dirigeantes  au sein de l’ARP.

Enfin, le CNP-EGAL appelle l’ARP, les partis politiques, le futur gouvernement, le président et la Société Civile, à lancer rapidement  le débat pour  l’adoption de l’initiative relative à l’amendement du code électoral pour les élections législatives et l’introduction du principe de parité horizontale.

Le CNP-EGAL, préoccupé par le recul de la présence des femmes à l’ARP